Méthodes d’enquête en Sciences de l’Information et de la Communication

sous la direction de Mahdi AMRI, Marie-Julie CATOIR et Nayra VACAFLOR

Le projet pédagogique

Les méthodes qualitatives regroupent un ensemble de méthodes de recherche utilisées en sciences sociales, comme par exemple en sociologie, en ethnologie, en anthropologie, en communication et également en marketing. Elles laissent délibérément de côté l’aspect quantitatif pour gagner en profondeur dans l’analyse de l’objet d’étude. Pour cela, diverses techniques, basées sur l’administration de questions ouvertes et l’exploration du langage, sont mises en œuvre : les entretiens individuels, les focus group ou les groupes de discussion et notamment l’observation participante qui est la plus importante.

Dans le cadre du plan réussite Licence à l’ISIC affilié à l’université de Bordeaux 3, nous avons conduit entre février/avril 2010 une nouvelle expérience pédagogique : des cours théoriques et des travaux dirigés destinés à un public d’étudiants en information-communication (niveau licence). Le cours intitulé « Méthodes d’enquête » a été assuré respectivement par Nayra VACAFLOR (ATER-doctorante en Sciences de l’information et de la communication), Mahdi AMRI (ATER-docteur qualifié en Sciences de l’information et de la communication) et Marie-Julie CATOIR (ATER-doctorante en Sciences de l’information et de la communication).

Le projet pédagogique que nous avons décidé de construire a été partagé entre trois enseignants issus de trois continents et trois cultures universitaires différentes : La France, le Maroc, La Bolivie. Cette diversité de background a permis de donner naissance à une expérience pédagogique à la fois riche et interculturelle à la croisée de nos expériences respectives.

Précisons tout d’abord le contexte dans lequel ce projet s’est déroulé.

Notre mission consistait à assurer un cours en Licence 3 pour faire connaître les méthodes d’enquêtes à nos étudiants en Sciences de l’Information et de la Communication.

Notre volonté commune était de proposer une méthode de pédagogie participative à nos étudiants et donc de leur permettre de s’approprier des connaissances théoriques par la confrontation à un terrain. Notre objectif pédagogique était de susciter leur goût pour le travail de terrain et de leur donner envie d’expérimenter une méthode scientifique en SIC.

Nous avons ainsi élaboré notre cours en deux parties. D’abord, un cours théorique a été assuré par Nayra VACAFLOR pour mettre en place les bases de notre cours et présenter un panorama des méthodes d’enquête. Ensuite, les étudiants ont été divisés en cinq groupes d’une quarantaine de personnes pour assister aux TD dirigés par Marie-Julie CATOIR et Mahdi AMRI. Nous développons ci-après le déroulement des cours.

Dès le début des TD, nous avons annoncé aux étudiants l’objectif du cours : les meilleurs articles rédigés au terme de leur enquête de terrain seraient publiés en ligne, après sélection par notre comité, sur le site de l’Infothèque de l’ISIC, qui a bien voulu accueillir notre projet de publication.

Notre motivation était bien là : encadrer les étudiants pour qu’ils mènent à leur terme leurs enquêtes de terrain, avec au bout la perspective d’une publication scientifique valorisant leur travail en leur donnant une visibilité.

C’est aussi cette expérience que nous souhaitons partager avec nos collègues pour montrer que même sur une courte période, de tels projets pédagogiques peuvent être menés.

Le déroulement des cours

Les étudiants ont d’abord suivi un cours théorique, à raison d’une séance par semaine au mois de février 2010. Après avoir présenté un panorama des méthodes d’enquête, Nayra VACAFLOR a exposé quelques résultats de son enquête de terrain construite à partir d’une méthode visuelle.

Puis, Marie-Julie CATOIR et Mahdi AMRI ont ensuite pris en charge les étudiants en en TD respectifs au mois de mars et avril 2010, en cinq séances de deux heures. Après leur avoir présenté une enquête de terrain qu’ils avaient récemment mené, ils les ont ensuite guidé dans la construction d’une enquête de terrain de type qualitative sur un sujet de leur choix.

L’objectif de publication annoncé dès le début des TD a suscité en engouement de la part des étudiants et un investissement dans un projet qu’ils pouvaient s’approprier. C’est aussi ce qui constitue selon nous le bénéfice de cette méthode pédagogique.

Précisons tout de même que nous avons proposé trois thématiques de recherche à partir desquelles les étudiants étaient libres de proposer un sujet, de constituer leur groupe et de se répartir les rôles. Ces thématiques étaient les suivantes : pratiques numériques et médiatiques, communication intergénérationnelle, pratiques urbaines et communication.

Nous avons proposé aux étudiants de s’organiser en unités à l’intérieur de leur groupe, de la manière suivante : unité de recherche, composée d’un directeur et de son adjoint, unité stratégique, composée d’un secrétaire et d’un chargé de relation publique, unité de référence chargée du contrôle de la présence et de la participation effective de chaque membre, ainsi que du budget. Cette répartition avait pour objectif de responsabiliser les étudiants en se voyant attribuer un rôle, tout en les préparant à la vie professionnelle et au travail en équipe.

Notre rôle consistait à accompagner les étudiants dans leur construction de projet, en les guidant, les réorientant s’ils rencontraient des difficultés méthodologiques. Cela impliquait donc d’être attentif aux besoins des étudiants tout en leur accordant la même disponibilité pour répondre à leurs demandes.

A chaque séance, chaque groupe présentait oralement un état de son travail en cours.

Chaque semaine, les groupes devaient s’exprimer à l’oral, sachant que nous avions décomposé le travail en cinq étapes : présentation de la problématique et du besoin de recherche, choix d’une méthode, rédaction d’un guide d’entretien, confrontation au terrain, rédaction de la synthèse et présentation des résultats à l’oral. Cette présentation orale a ainsi permis de familiariser les étudiants à l’expression orale en même temps qu’elle a aussi crée une véritable logique de partage des connaissances.

Lors du dernier TD, certains étudiants semblaient trouver un réel plaisir à parler de leur travail et à présenter leurs résultats en s’appuyant sur des outils visuels ou audiovisuels (PowerPoint, extraits sonores ou vidéos des entretiens). Certains d’autres nous ont vivement remerciés pour « les moments de bonheur » que nous leur avons offerts à travers les cours de Méthodes d’Enquête. De notre part, nous tenons à exprimer tout l’intérêt que nous avons eu en lisant l’ensemble des travaux élus pour la publication. Ces travaux, reposant sur des entretiens nombreux, diversifiés dans leurs approches, ont mis en discussion des éclairages sur plusieurs thématiques liées à la communication (les pratiques médiatiques et numériques, la communication intergénérationnelle, la communication et l’urbanisme). De ce fait, ces travaux portaient des éléments de réflexion originaux sur des sujets d’actualité tout en s’éloignant des discours parfois technicistes assez répandus dans le milieu de la recherche.

Au terme des cours, nous avons recueilli 34 articles et nous en avons sélectionnés 7, que nous présentons dans les pages qui suivent :

Les articles que nous avons retenus traitent des sujets variés :

  • Approche intergénérationnelle de différents médias ou genres audiovisuels : Internet, séries-télé et téléréalité
  • Elaboration d’une stratégie communicationnelle pour le SIUMPS, Service Inter-Universitaire de Médecine Préventive
  • Communication et urbanisme : interaction entre transport public (tramway) et citadins, le graffiti dans la ville, le corps nu de la femme dans la publicité

Ainsi, le but de notre démarche est d’initier un cycle de publication en ligne pour les L3, constituant un espace de visibilité de leurs productions. Cette publication pourrait à terme être totalement prise en charge par les étudiants.

Les travaux de terrain des étudiants de licence 3

  • Approche intergénérationnelle de différents médias ou genres audiovisuels

Les pratiques télévisuelles des séries dans le cadre du cercle familial

Sara BOUSKID, Nolwenn COLIN, Quentin ELIEZ, Laëtitia LAMARRE

Mots-clés : série, famille, génération, support

Résumé : A travers une enquête au sein d’une famille, nous avons tenté de déterminer comment chaque génération consomment les séries télévisées : quelles types de séries et par quels moyens. Au final, chaque génération consomme différemment, et les quadragénaires semblent faire preuve de la plus grande diversité, que ce soit au niveau du choix de la série que de son support de consommation.

>>> Accéder à l’étude complète

Téléréalité : les jeunes, consommateurs conscients d’un genre décrié mais incontournable

Maylis Kumari DARTIGUE, Nicolas LEGRAND-ZORGATI, Alexandre SALCEDO, Jalila TAJIOUTI, Pauline THILLARD-MOURGUE

Mots-clés : téléréalité, adolescents, stéréotypes, télévision, scénarisation

Résumé : À la fin des années 90 et au début des années 2000, fleurissent en Europe et plus particulièrement dans les pays anglo-saxons un nouveau genre d’émission : la téléréalité. La France est alors relativement épargnée, notamment grâce à un deal passé entre TF1 et M6, interdisant toute émission de ce type sur leurs antennes respectives, au nom d’une certaine éthique.

>>> Accéder à l’étude complète

Etude comparative sur la perception d’internet chez les juniors et les seniors

Anne-Sophie SALMON, Anissa TIFOURA, Paola SANTOS, Marine VEYRIES, Léa VOLLET

Mots clés : internet, seniors, juniors, étude, comparaison

Résumé : Dans le cadre de la troisième année de Licence à l’ISIC, nous avons réalisé une enquête comparative sur la perception d’internet chez les juniors et les seniors. Au-délà du caractère universitaire, ce projet nous a fédéré, tant par son sujet que par son côté pratique. En découle cet article, fruit de notre travail, soulignant les différences d’appréciations de nos deux sujets mais aussi leurs similitudes. En espérant que votre lecture soit aussi agréable que la réalisation de cette enquête.

>>> Accéder à l’étude complète

  • Elaboration d’une stratégie communicationnelle pour le SIUMPS, Service Inter-Universitaire de Médecine Préventive

Pensez vos droits

Coline BOST, Ulrich CADART et Sophie CAMBRA

Motsclés : santé ; droits ; étudiants ; support de communication

Résumé : Les étudiants sont-ils suffisamment renseignés sur leurs droits en matière de santé ? L’information leur parvient-elle réellement, attire-t-elle leur attention, l’ont-ils gravée en mémoire ? C’est pour répondre à toutes ces questions et remédier à un éventuel manque d’information que nous avons choisi de traiter ce sujet en dressant un état des lieux de leurs connaissances et en identifiants le(s) support(s) de communication adéquat(s) selon eux.

>>> Accéder à l’étude complète

  • Communication et urbanisme

Graffitis, art et communication dans la ville

EYSSARTIER Mélissa, FERRON Mélanie, GIACOBBO Josepha, GRUNENWALD William, GUYADER Olivier

Mots clés: Graffiti, communication urbaine, art, Tag, ville, mur

Résumé: Le graffiti fait parti de ces moyens d’expression utilisé dans un espace urbain. Habillage graphique, vandalisme, dessins artistiques, de nombreuses idées surgissent quand l’on parle du graff’ mais qu’en est-il vraiment?

Nous avons tenté une approche objective afin de confronter les « maîtres en la matière » à leur « public ». Il nous semblait intéressant de s’interroger sur ce phénomène populaire, qui se développe dans les villes, et subit une forte banalisation.

>>> Accéder à l’étude complète

Le nu dans la publicité : le regard des femmes

ARNAUD Lucile, BALL Lucille, BATTAGLIA Lydie, BOILEAU Clément, BOMPART Mario

Mots clés : Femmes, Publicité, Nu, Espace public, Photo-elicitation

Résumé : Etude faite sur les réactions de femmes françaises face à l’omniprésence des publicités exhibant des femmes nues ou à caractère sexuel dans les médias et l’espace public. L’étude s’est construite à partir d’un focus group de 45 minutes basé sur la méthode de la photo-elicitation. L’analyse à été faite sur les réactions des femmes (projection, identification, rejet …) suscitées par ce type d’image.

>>> Accéder à l’étude complète

La société du tramway

Leïla ELOUARDANI, Lennart GOMES, Réjane JEAN-BAPTISTE, Julia JORDA, Armand KIRURA

Mots clefs : transports public, non-lieu, NTIC, génération tramway, individualisme, altruisme, gênes.

Problématique : En quoi le tramway provoque-t-il un comportement particulier chez l’individu ? Quelles en sont les raisons ? Par quelles attitudes se traduisent-ils ?

>>> Accéder à l’étude complète

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s