ANALYSES : Une étude des Master 1 sur les réseaux sociaux d’entreprises.

Les réseaux sociaux font désormais partie de nos vies. En 2011, une équipe de trois étudiants du Master Communication des Organisations de l’ISIC encadrée par Cindy Felio (chargée de cours et chercheur au MICA), s’est intéressée aux usages, enjeux et conséquences organisationnelles et individuelles de ces nouveaux modes de communication.

Tout au long de ce projet, l’objectif des étudiants était d’analyser les comportements, l’environnement et les risques liés aux réseaux sociaux d’entreprise, leur questionnement initial : « dans quelle mesure les salariés intègrent-ils les réseaux sociaux d’entreprises, et quelles en sont les conséquences pour l’organisation et pour l’individu lui-même ? ».

Ainsi, après une étude qualitative menée auprès d’un petit groupe de salariés, quelques principaux résultats ressortent. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les réseaux sociaux d’entreprises n’ont pas d’impact sur la vie privée des salariés, pour la simple et bonne raison qu’ils ne se connectent pas en dehors de leurs heures de travail, n’ayant pas d’accès à la plateforme collaborative ou par choix personnel. Cette étude nous révèle aussi que ces outils sont tellement bien intégrés dans la communication de l’organisation, qu’ils en sont partie prenante et  n’ont pas d’effets directs sur le climat de travail. Comme on pourrait l’imaginer, ils vont au contraire renforcer l’identité organisationnelle et la cohésion d’équipe grâce à une meilleure communication plus fluide et plus collaborative. Surprenant également, il y a certes une perte d’interactions présentielles, mais qui n’est pas due aux réseaux sociaux, mais à la distance entre les différents pôles de l’entreprise. Ces observations ont donc plutôt amené les étudiants à parler d’une « modification » et non d’un abandon des communication interpersonnelles en présentiel.

L’autre point étudié concerne le degré de vigilance des entreprises par rapport à ces outils. Cette étude montre que les entreprises surveillent et parfois censurent les salariés de façon à ce que les réseaux ne deviennent pas trop ludiques. En revanche, ce qui pourrait paraitre étonnant, c’est que les salariés connaissant les risques auxquels ils sont exposés, posent eux-mêmes des limites à leur liberté d’expression en modérant leurs propos sur les réseaux.

Cette étude réalisée à partir d’entretiens avec un petit nombre de salariés est prolongée par de nombreuses autres analyses menées en ce moment sur cette question d’actualité par des chercheurs et étudiants de l’ISIC.

 

ANALYSES : Une étude sur les réseaux sociaux d’entreprises.

A télécharger ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s